Brahams, quartier pavillonnaire et centre ville café ( monde normal )

Aller en bas

Brahams, quartier pavillonnaire et centre ville café ( monde normal )

Message  Riku le Lun 4 Avr - 16:47

Episode 1 : Le diable n'a pas de nom






Personnages : Tom Mcready, Mme Stanfield, les deux amies de Cilvia.

Objets : Téléphone portable, Ordinateur portable, Marlboro, argent.

Lieu : zone pavillonnaire et café de Brahams.

En cette fin de journée grise et nuageuse la pluie se battait contre le vent pour savoir laquelle des deux seraient la plus meurtrière. Les gouttes violentes et abondantes qui se dégageaient de ces nuages pâles n'aidaient pas la conduite d'un homme qui à peine une demi heure auparavant tentait de mettre fin à son calvaire humain. Quelques minutes plus tôt, Mcready tenta de se suicider à l'aide de son arme personnel, cette tentative n'eut que pour écho qu'un coup de téléphone inattendue et troublant. Pourquoi y vas tu ?? ne cessait de se répéter le détective. Est ce par égoïsme ? Ou pour essayer d'aider cette personne ?? Est ce là ta tentative pour te racheter, pour absoudre tes péchés ??

Tom se dirigeait à vive allure vers la ville de Brahams, dans le quartier sud, zone plutôt huppé et morcelé en zones pavillonnaire. Il courait vers son destin pour y rencontrer Mme Stanfield, mère d'une fille disparue. A peine coiffé et en pleine décuvé il savait qu'il se devrait de cacher aux yeux de cette dame sa condition actuelle, au risque de lui faire perdre tout espoir.

Vingt minutes plus tard, il arriva devant le lieu du rendez-vous. Il resta dix bonnes minutes dans son véhicule, une ford mustang des années 80, noir et sans aucune rayure. Il regarda fixement le pavillon, se demandant encore ce qu'il venait au juste y faire. Il se regarda dans le rétroviseur l'air dégoutté de lui-même.

-Et bien mon pauvre vieux...t'as vraiment une mine misérable...tu sais que tu n'es qu'un lâche ?

Il ferma les yeux et un souvenir jailli de nul part remonta en lui. Un homme tenant une lampe torche dans sa main droite et une arme à feu dans sa main gauche s'avançait dans les ténèbres de ce qui semble être une cave ou un caveau d'église. L'homme avançait prudemment d'un pas nonchalant, il respirait fort et on le sentait peu rassuré, les tripes noués à son estomac. On ne le distinguait que trop mal dans ce noir ténébreux, seul un la lumière de sa lampe laissait découvrir des pans de murs en pierre et des dédales de couloirs qui paraissaient sans fin. On ne distinguait aucun son à part les bruits de pas et la respiration longue et grossière de cette silhouette. Tout un coup un bruit métallique se rajouta à cette symphonie sourde...

Quelqu'un tapa à répétition au sur la carreau de la voiture, Mcready sursauta comme extirpé de force de son souvenir.

-Mr Mcready, Mr Mcready, est ce bien vous ? Lui demanda une femme d'âge mur, le visage fin et pâle que seul ses yeux d'un bleu pur mettait en valeur, ses cheveux d'un jaune d'or mi-court se baladaient au gré du vent, elle était habillé d'un petit top rouge que recouvrait un gilet en cachemire marron qui retombait jusqu'au début de ses cuisses laissant place à un simple pantalon noir qui se finissait par une paire de belle chaussure, surement chère.

-Oui...oui c'est bien moi...dit Mcready d'un ton faible et endormi. Ne bougez pas je sors. Il prit son ordinateur portable qui était installé confortablement sur la banquette arrière, ainsi que son paquet de Marlboro et sa paire de lunette de soleil pour masquer un peu ses cernes prononcés.
Il ouvrit la portière et sorti d'un pas rapide et maladroit.

Mme Stanfield se retrouva face à un homme pas très grand, les cheveux en bataille assez court, le teint très pâle, l'homme était habillé en jean bleu délavé, dans lequel s'incrustait une chemise froissé bleu qui accompagnait une cravate rouge fripée tombait dessus, le tout recouvert d'un imperméable long de couleur marron. Elle vit qu'il portait une paire de nike blanche usée et resta intriguée dix bonnes secondes par cet homme au look si hétérogène.

Elle lui tendit sa main que l'homme serra fermement en esquissant un sourire forcé.

-Bonjour Mr, merci d'être venu, suivez moi je vais vous préparer un bon café qui vous réchauffera, ainsi nous pourrons parler. Lui dit elle d'un ton chaleureux.
-Merci bien Madame, j'en ai vraiment besoin en plus.

Il la suivit jusqu'à son pavillon, il entra toujours à l’intérieur toujours dans ses pas. Elle le conduisit jusqu'à un petit salon au look très ancien, configuré par de petits fauteuils qui entouré une vielle table basse en bois. Les murs étaient recouvert d'un vieux papier peint fleuri de rose assez vieux et terne. Une cheminée en pierre dominait le fond de la pièce, sur celle ci était disposée diverse photo, dont une d'une petite fille de très jeune âge habillée en fée et affichant un sourire angélique avec ses jolies boucles blondes. Tom s'assit dans un des fauteuils pendant que Mme Stanfield revenait de ce qui paraissait être la cuisine avec une tasse de café bien chaud en main.

-Voici votre café Mr Mcready.
-Appelez moi Tom, s'il vous plait.

-Et bien Mr...Tom...je vous suis très reconnaissante d'être venu me voir, je suis...comment dire...au bord du gouffre...Elle se leva de son fauteuil et commença à tourner les bras croisé et le regard fuyant.

-Mme Stanfield, reprit Tom. Asseyez vous et respirez un grand coup, racontez moi juste ce qui se passe au juste.

La femme s’exécuta, des larmes pleins les yeux, elle reprit d'une voie tremblante.

-Désolé, Tom...Ma fille, Cilvia, qui est âgé de 17 ans a disparu voyez vous...
-Un instant, coupa le détective. Il ouvrit son ordinateur portable et amorça un traitement de texte.
-Excusez moi, il vaut mieux que je prenne des notes, vous pouvez continuer et soyez la plus précise possible s'il vous plait, je sais que ce n'est pas facile, mais plus les détails sont nombreux, plus il sera simple pour moi de m'imaginer ou de deviner ce qui a pu se passer.
-Ne vous excusez pas, reprit elle, alors ça s'est passé la nuit du 25 Mars, ma fille était sorti pour aller voir un film au cinéma de la ville avec deux de ses copines, selon elles, elle est partie juste après le film pour rentrer directement, mais elle n'est jamais arrivée...je...ensuite...je ne sais pas...on a ni retrouvé sa voiture, ni aucun indice indiquant qu'elle soit allée où que ce soit...

Tom écoutait aevc attention et prenait le soin de tout noté sur ordinateur, la mère de Cilvia quand à elle continua son récit en racontant au détective des choses et d'autres sur sa fille qui n'ont rien à voir avec l'affaire, mais par respect pour sa douleur le détective ne la coupa pas.

-Voyez vous...c'est une jeune fille très bien, elle veut aller à Havard et passer sa maitrise en administration, elle est Démocrate et veut rentrer en politique...elle a toujours le sourire et n'a jamais eu de problèmes avec qui que ce soit...
-Et la police qu'en pense t'elle ? Coupa Mcready.
-La police...cette bande d'incapable. En voyant que Tom ne releva pas cet écart malgré son passé d'ancien flic, elle ne s'excusa pas et reprit les mots mangé par ses larmes.
-La police ne fait rien. Selon elle ma fille est surement partie avec son petit ami ou a fait une fugue...mais voyez vous ma fille est heureuse et elle n'a pas de petit copain...Vous savez depuis la mort de mon mari il y a deux ans, elle et moi sommes devenu vraiment très proche et nous nous sommes jamais brouillé...bien sur mis à part les brouilles du quotidien...mais sinon rien...
-Très bien. Pourriez vous me décrire la façon dont était habillé votre fille et aussi me faire une description de sa voiture ?
-Et bien, autant que je me souvienne, elle était habillée en jupe bleu avec un t-shirt vert sur lequel est dessiné la fée clochette...je sais que pour une jeune fille de 17 ans ça fait très gamine, mais elle a toujours aimé les fées...et elle portait sa paire de basket Nike rouge...Ah et sa veste en cuir noir...

Mme Stanfield marqua un temps d'arrêt pour reprendre son souffle et essuyer ses larmes qui envahissaient de plus en plus son visage.

-Pour sa voiture, c'est une Ford rouge, immatriculé d'ici, je ne me souviens plus exactement du modèle mais le phare arrière est cassé...elle comptait le faire changer le lendemain...et il y a une vignette pour la protection de l'environnement collé sur la vitre arrière.

Le détective continuait de noter, impassible, il prenait soin de tout inventorier en classe, les description dans une colonne exprès, les faits dans une colonne...tout était séparé et inventorié, il utilisait cette technique pour faire de meilleurs recoupement par la suite.

-Très bien, répondit il après avoir levé les yeux vers son interlocutrice, il ne manque plus qu'une chose, il me faudrait les numéro de téléphone de ses deux amies qui étaient avec elle ce soir là s'il vous plait.
Oui...je vais vous donner ça.

Elle se leva et monta à l'étage, elle redescendit avec un petit calepin rose et commença à le feuilleté.
Elle sorti une feuille de papier d'un du tiroir de la table basse et écrivit deux noms et deux numéros de téléphone dessus. Elle donna ensuite la feuille à Tom qui la rangea dans sa poche de jean.

-Vous avez tout, Tom ?
-Il ne me manque qu'une photo récente de votre fille s'il vous plait.

Mme stanfield sorti une photo d'identité de son porte feuille et la donna au détective. Cilvia était une jeune fille très jolie, elle semblait avoir une peau très fine et douce, un regard d'un bleu ravageur illuminait son visage, les cheveux longs, blonds et bouclés, elle n'usait d'aucun artifice. Elle était naturelle et belle, en témoigne un sourire léger mis en valeur par de petites lèvres fines.

-Voilà, j'ai tout ce qu'il me faut, il se fait tard, je devrais vous laisser.
-Merci beaucoup Tom, heu...et pour vos honoraires...je...
-Ne vous inquiétez pas pour ça...coupa t'il. Je ne vous demanderez rien, je...comment dire...j'ai besoin de vous aider Mme. Mais je ne vous promet rien encore une fois, je vais faire tout mon possible...

Mme Stanfield se leva et prit le détective dans ses bras. Elle pleurait à chaude larme, Tom ne savait pas comment réagir alors il accepta ce câlin qui leur faisait du bien à tout les deux.

-Merci, et appelez moi Samara.
-Très bien, Samara, je vous tiens au courant.

Elle le raccompagna à la porte et après des au revoir courtois, Tom repartit vers sa voiture. Une fois à l'intérieur il appela les deux amies de Cilvia, Mlle stanckton et Mlle Flirti, pour leur donner rendez vous le soir même dans un café du centre ville de Brahams.




Vers 19h 30, le détective arriva au café, c'était un café somme toute classique, avec ses deux tables de billard, son jukebox et ses trois alcooliques au bar. Il trouva les deux jeunes filles assises près d'une table dans le fond et les rejoignis.

-Mes demoiselle, commença t-il. Je vous remercie d'être venu. J'aurais juste quelques questions a vous poser au sujet de Cilvia et de la nuit de sa disparition.
-Merci à vous de reprendre l'enquête, s'enquit la plus petite des deux, qui d'ailleurs faisait très intellectuel avec ses petites lunettes rondes et ses grosses joues roses. -Nous sommes contente que quelqu'un prenne cette histoire au sérieux,la police est dans l'erreur.
-Oui, ce n'est rien, je ne fais que ce pourquoi on m'engage. Je voudrais savoir dans un premier temps si Cilvia avait...
-  « A », dit la plus grande des deux filles, fine et maigre comme un piquet.Tom s'alluma une cigarette.
-Oui, « a », excusez moi, reprit Tom. - Je voudrais savoir si Cilvia a un petit ami ? Et si non, si quelqu'un lui tournait autour ?
-Non, répondit la plus petite, elle était bien trop occupée a préparé son examen d'entré en Fac pour ça, et que je sache personne ne la harcelait ou autre.
-Très bien, et ce soir là, avez vous remarqués un individu suspect ou un autre détail qui sort de l'ordinaire ??
-Non, répondit la grande. Rien de spécial, il n'y avait presque personne à la séance et presque que des couples, sa voiture était garé en face du cinéma et nous l'avons donc vu partir et personne ne l'a suivie.
-Ok...ok...Tom avait emporté son ordinateur avec lui et notait tout comme à son habitude. - Avait elle un endroit où elle aimait se rendre pour décompresser ? Je veux dire après la mort d'un être proche on aime parfois se rendre sur un lieu ayant du sens ou un lieu pour se retrouver seul.
-Non plus, elle et sa mère était très proche et quand l'une ou l'autre n'allait pas bien, elles en parlaient ensemble. Elles sont vraiment plus comme deux sœurs vous voyez ?
-Bon, d'accord, donc rien a signalé. Très bien je vais vous laissez alors en vous remerciant encore une fois pour votre temps et vos réponses très claires.

Tom se leva et leur serra la main, leur promettant de les tenir au courant. IL se leva, prit son ordinateur et se dirigea vers la porte quand l'une d'entre elle le rattrapa. C'était la plus grande des deux, celle qui avait l'air ailleurs durant toute l'entrevue.

-Il y a bien quelque chose, dit elle d'une voie mal assuré.
-Je vous écoutes.
-Le soir de la disparition, Cilvia et moi attendions Jen devant le cinéma, et à ce moment là Cilvia m'a parlé d'un rêve qu'elle avait fait la veille.
-Un rêve ? Coupa Mcready.
-Oui, mais pas n'importe quel rêve. Elle disait qu'elle arrivait sans le soir sur une route de campagne complètement abimée, elle avançait tout droit en suivant la route. Elle disait que tout était flou car il y avait un grand brouillard et elle disait aussi qu'il pleuvait...qu'il pleuvait...des cendres. Ensuite, après quelques mètres, elle distinguait un vieux panneau en bois sur lequel était inscrit le nom d'une ville, Silent Hill...
-Silent Hill ! Vous voulez dire la ville qui est au nord d'ici et qui a été fermé suite à l’explosion de l'usine de produit chimique ?
-Oui, apparemment. Mais le plus troublant ce n'est pas ça...le plus troublant, c'est qu'elle disait qu'en dessous de ce panneau se tenait une petite fille, sale et vêtu d'une robe d'écolière comme il y en avait le siècle dernier. Elle s'approchait de la petite fille qui pleurait et murmurait dans un langage qu'elle ne distinguait pas, elle lui parlait mais la petite fille ne répondait pas. Quand tout un coup celle ci se mit a crié et a criée pendany au moins bien cinq minutes. Cilvia effrayée était glacée et ne pouvait bougeait, puis la petite fille s'arréta et lui dit callement «  Sais tu que le diable n'a pas de nom ? », et là Cilvia se réveilla. Elle m'a confié qu'après son réveil elle pouvait encore sentir l'odeur des cendres dans sa chambre. Jamais elle avait fait rêve aussi réel.

Tom ne savait quoi répondre, ce rêve était effrayant en effet, mais ce n'était qu'un cauchemars, mais Silent Hill...pourquoi Silent Hill ?

-Je...merci pour ces précisions, j'en prend note.
Il lui tendit un billet de 5 dollars.

-Payez vous un verre et tachez de penser à autre chose, je vous tiens au courant.
-Merci. Répondit elle encore effrayée par son histroire.

Tom se dirigea vers la porte, l'air penseur et perdu.

-Mr, vous savez le nom de la petite fille, je m'en souvient.
-Oui ?
-Elle s'appelait Shanone, Shanone Mcready.

Fin de l'épisode.

Episode 3 : La réalité voilée. Lieux => Toluca lake et entré de Silent Hill.

Riku

Messages : 17
Date d'inscription : 03/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum