Sur les routes du démon, San Diego

Aller en bas

Sur les routes du démon, San Diego

Message  Gabriel Ethan le Jeu 17 Nov - 1:55




Les flammes s'élèvent dans le ciel, léchant les murs, un halo de lumière rouge illumine la nuit, les pompiers tentent de lutter contre l'incendie. Les flammes se rependent à une vitesse incontrôlable, les gens courent dans les rues, les cris l'agitation Gabriel la contemple, il les devinent comme la chaleur des flammes a à peine un mètre de lui sur le mur. Il tend la main et la pose sur les flammes à côté le batiment à un coin de rue est totalement pris part le feu qui sort des fenêtre. Il regarde toute les photos sur le mur.

L'incendie, le grand incendie de Silent Hill. Celui qui a mit fin à le grand rêve de cette ville de devenir une métropole dans son état pour n'en faire qu'une simple ville touristique.

Gabriel entendit sonner


Une autre chaude après midi comme il y en a beaucoup en cette période; un petit quartier calme loin, très loin, du centre ville et ses immenses gratte ciel. Ici de petite résidence, à un étage, des maisons à la façade identique partagent la route avec des parcelles de terre en friche où sont plantés des vieille caravane et des maisons plus modestes à l'unique étage aux murs jaunis par la poussière battue par le vent. Ce n'est pas le quartier le plus pauvre mais très loin d'être le plus riche, sa proximité avec les ghettos hispanique lui vaut cet aspect. Mais malgré tout les préjugés c'est un quartier très calme, peut être trop; mais c'est ce manque d'activité que Gabriel recherche, il pourrait rapidement s'apercevoir de toute activité.

Loin de tout mais beaucoup plus près des yeux qui voient tout et des oreilles qui savent entendre qu'on pourrait le penser.

Gabriel parcourut son petit salon, propre et bien rangé, hormis un amas de livre et fascicule sur une table basse en bois. D'un geste rapide il passa la tête par la fenêtre et vit Ijuana et Pendolton devant son allée. Il ouvrit la porte. Le soleil brillait de mille feu et une chaleur accablante écrasait les gens, comme un poids sur leur épaules. Mise à part les deux mexicains.

ils rentrèrent saluant l'homme d'église; Balder Pendolton est un homme assez massif aux avants bras et biceps larges mais au ventre rempli, le crâne en parti rasé à part une natte. Ijuana était une fille au corps sublime, le regard vif et percant, le sourire coquin mais sa manière de parler était plutot franche et l'image de l'entremetteuse cédait le place à celle d'une femme de caractère.

Ils prirent place sur le canapé, Gabriel ouvrit son petit frigo et en sortit trois bières.


- Alors tu pars vraiment! Tu comptes revenir quand?
- Aucune idée, l'autre monde n'a pas la même notion du temps!
- tu sais bien qu'il lui a fallut plus de quarante ans pour se manifester... rajouta Ijuana en se moquant attrapant au passage la bière que le prêtre lui jetait. C'est vraiment dommage. dit elle sur un ton plus sincère, la déception et la contrariété dans sa voix.
- Pour sûr! tu vas nous manquer Amigo
- ton accent est vraiment un crime contre ma langue natale, amigo! s'indigna la fille. Ce que Gabriel s'empressa de confirmer. Les trois complices partagèrent une gorgée de bière. Complice en effet. Pendolton et Ijuana ne sont pas ensemble mais travaillent ensemble dans une affaire pas légale aux yeux de la loi mais moral et juste aux yeux de l'Eglise ou du moins Gabriel.

- Tu étais le seul contact avec le passeur. Tu nous donneras de quoi le contacter. Même quand on rend les armes pour la croix le passé nous rattrape et l'envie d'adrénaline d'action est resté dans le cœur de l'exorciste qui la mit au service de l'homme et plus de la mort.

Il regarda un moment son ventilateur tourner lentement brassant l'air moite de la pièce. Il rebut une gorgée et dit d'une voix grave.

- Bien sûr. Je lui en ai déjà parlé. Mais ca ne pourra être qu'un de vous deux et ne l'appeler qu'en cas d'urgence il vous contactera pour le rendez vous.

Gabriel et ses deux compagnons s'occupent de faire passer clandestinement des mexicains sur le territoire américains et leur donnant au passage une fausse identité et si possible un refuge. Mais ce n'est pas pour l'argent mais pour le bien. Les mexicains qu'ils expatrient sont souvent en dangers de mort et les quotas ne leur permettent pas cette année de passer la frontière; le soucis étant qu'ils ne savent pas s'ils en auront une autre.

Très souvent ils aident des gens qui ont eut à faire à des cartels, gans ou la corruption. Gabriel est le seul contact avec un passeur honnête et qui posent aucune question, chose extrêmement dur à trouver et le fait de laisser passer hors des mailles des filets des cartels de leur ennemis est pour lui une grande satisfaction puisque lui aussi en fait parti. Un juste retour des choses, il fait ce qu'on lui a fait.

Il lui arrive souvent de repenser aux terres vertes, aux collines fertiles et à la mer intense d'Irlande. Mais c'est pour leur bien, ceux de sa famille qu'il est ici.

Pendolton prit un des livres sur la table basse et lut à haute voix le titre.


- Silent Hill c'est là que tu vas? Bah mon père c’est pas à côté!
- Et si on doit contacter en urgence le passeur? coupa Ijuana.
- Les portables existent! faites moi passer le message ca sera ma priorité numéro une! répondit gabriel sur un ton poli et neutre Je pense en avoir pour plusieurs semaines. J'ai pas eu l'avis du diocèse donc j'espère que je ne serais pas appeler entre temps! déclara t il en se levant de son siège.

autour de lui la pièce, assez spacieuse car représentant la moitié de la surface était meublée assez étonnamment, un mélange de meuble prè fabriqués, commode, table basse, table et chaise et d'objet plus rare, statuettes de dieu aztèque, cadeaux d’immigré, comme le tapirs au motif jaune et rouge sur le sol, souvenir d'irlande, un vieux fauteuil trouvé dans une brocante lui rappelant un peu son pays natal. La présence seul d'une croix au dessus de la porte de la chambre laisserait supposer sa foi.


- Tout devra bien se passer. Comment vas Henzo? dit il pour changer de conversation.
- Plutot bien il se remet
- Henzo! Ce type à une santé de cheval ironisa l'homme, sans voir le regard noir de la fille Les mexicains sont des solides vous savez padre! Dès demain il sera au garage. Et si c'est pas le cas Ijuana préviens moi le matin, que je m'inquiètes pas trop. Et inutile qu'il vienne s'il est fatigué.
- Va falloir que je coince dans le lit dans ce cas! Il aime son travail.
- La coquine! Elle sait comment le coincer dans le lit. Balder eut un rire gras et bruyant qui eut pour seul réaction de faire tourner la tête de Ijuana vers le prêtre qui lui souriait, voyant le regard de la jeune femme il ne put s'empêcher de prendre une voix grave et commencer un sermon sur le ton de l'ironie avant de très vite l'abréger en riant.
- Venant de toi Balder je ne suis pas surpris mais de vous! Gabriel...
- Que voulez vous j'ai été un homme avant.
- D'ailleurs vous faisiez quoi? Vous ne nous l'avez jamais dis.
Gabriel eut un regard mauvais envers la belle hispanique. Il posa la bière sur le plan de travail de sa cuisine américaine.
- Il est inutile de le savoir. Il peut être bon de garder secret notre passé.
avatar
Gabriel Ethan

Messages : 24
Date d'inscription : 09/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les routes du démon, San Diego

Message  Gabriel Ethan le Lun 28 Nov - 19:32

Un ange passa, l'ambiance était à trancher au couteau. Gabriel regardait ses deux amis, qui un peu embarrassés observaient la pièce.

Il était venu de nombreuses fois, ils connaissaient ce lieu, le tableau de plaines et falaises Irlandaises, les diffèrentes photo d'endroit qu'il avait visité.
Ijuana avait déjà remarqué l'absence de photo de famille, la seule où une personne posait été étrange, un homme armé d'un G3 assis sur le capot d'une voiture, drôle de collège pour un prêtre.
Ijuana décida d'y mettre fin, sur un sujet totalement diffèrent


- Vous penserez à nous envoyer des cartes postales? Il parait que c'est une ville touristique.
- C'est ce qu'il se dit. Visiblement plus amicale. Il but une gorgé de sa bière et se leva de son fauteuil. Pendolton en fit autant, s'étirant au passage.

Il alla à la fenêtre et regarda la rue.


- Tu comptes y aller avec le tas de rouille qui te sert de voiture?
- Non elle y survivrait pas. Je prends le train jusqu'en Virginie. Je louerais une voiture à Bristol, puis j'y passerais un ou deux jours histoire de visiter. Comme ça à mon retour j'en profiterais surtout pour voir le Shenandoah Park, il est pas trop loin de ma destination. Mais c'est clair? vous ne savez pas où je vais.
- Tu es même à l’étranger si tu veux! Mais pourquoi autant de méfiance? Tu n'as pas envie que le diocèse te reproche des congés maladies non justifié?
Gabriel eut un petit rire en entendant Pendolton, il était vrai que son voyage n'avait pas eu l'approbation de ses supérieures, qui refusaient de lui financer ses frais. Il était là bas sur son initiative personnelle et sa bourse.

Ils parlèrent un peu de tout, de la saison de baseball qui se déroulait notamment, des actions du maire, et ainsi pendant une heure. ce à quoi ils se quittèrent.


Il les raccompagna dehors, leur serrant la main et leur donnant le double de ses clefs. Ils pouvaient en avoir besoin, pour y loger quelqu'un. il referma la porte derrière eux après une chaleureuse accolade.
Gabriel poussa un soupir et alla dans sa chambre finir ses affaires. Il prit dans un tiroir un bout de tissus roulé sur lui même. a travers le lin il sentait le métal froid du canon, il le posa dans sa valise et y rajouta le holster.

Après tout aucun risque qu'on fouille un honnête prêtre, même si ce dernier avait une tête plutôt rude.

il fit venir un taxi et se dirigea vers la gare de San Diego.
avatar
Gabriel Ethan

Messages : 24
Date d'inscription : 09/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les routes du démon, San Diego

Message  Gabriel Ethan le Dim 11 Déc - 22:48

personnage Garbiel Ethan
équipement sac avec des vêtements... un portable, un revolver, une boite de balle.
rp précédent au dessus

ethan descend du taxi, il tend un billet au chauffeur et d'une voix sans grande chaleur lui annonce qu'il peut garder la monnaie. Le chauffeur lui sourit en s'écriant qu'il adore les ecclésiastique.

Ethan n'y prêta peu d'attention, il portait sur son épaule son sac, entrant dans la gare pleine de monde. Alors qu'il avance le pas, il se surprit à sourire son départ vers l'inconnu avait un avant gout de paradis, les palmiers un ciel bleu avec un soleil presque écrasant que les souffle d'air frai des ventilateurs rendaient supportable.

Cherchant d'un regard un panneau lui indiquant le quai de son train quand l'appel de son nom lui fit tourner la tête vers un couple. L'homme noir, le crâne rasé un peu de ventre et des bras et épaules de boxeurs la femme à la peau plus noir qu'un charbon et aussi grosse et stéréotypé qu'une mama dans les femmes sur esclavages.


- Gabriel!! On avait peur de te rater!
- Dans cette tenue Fancy j'aurais pas pu te rater. dit il en s'approchant d'eux. Il posa son sac et sera la main de l'homme qui eut un grand sourire franc et fit la bise.
- Ho toujours aussi charmeur!
- Je suis pressé mais merci d'être venus.
Mais désolé de te décevoir mon "père" l'homme mima les guillemets Mais ton train partira avec une heure de retard.
- Bon de quoi boire un café.

Le couple et le prêtre partir vers un café, la terrasse était remplie de monde, sans doute du même train que lui. Autours d'une bière rafraichissante ils discutèrent calmement et avec amusement.
- Content de voir que le réseau m'aime autant!
- Tu es bête comme tout les blancs!
- Cherie il est irlandais il est encore plus blanc et sa famille a les cheveux rouges du diables! Fancy imita de petites cornes.
- Le diable de la famille c'est moi! répondit en riant Ethan. Mais ravis aussi de voir que Ijuana ne peut pas tenir un secret.
- Sur toi? Gabriel tu es fou! Je pari ma tête que si elle t'avait rencontré avant Henzo et si tu n'étais pas prêtre elle t'aurait sauté dessus. Hein mon amour? Dit calmement l'homme en reposant sa bière faisant un clin d'oeil à Gabriel
- Elle ne se saurait pas arrêté au fait qu'il soit prêtre.
- Elle ne s'est pas arrêté au fait que je suis prêtre! Et moi non plus si y avait pas Henzo! Répondit Gabriel en claquant ses doigts. Devant le couple ébahit devant ce nouveau ragot. Après Une autre bière ils se quittèrent.

Gabriel écrasait sous la chaleur sentit les bières, environ cinq depuis trois heures, lui peser sur le ventre et une envie de faire crier le petit Jesus.
Il se rendit dans les toilettes publiques, calmement l'endroit été désert, pas très propre mais loin d'être glauque. Il sifflotait tranquillement quand un jeune homme entra. L'hispanique dévisagea le prêtre, dans un de ces duels qui n'ont lieu que dans les toilettes publiques: savoir qui des deux sera le plus mal à l'aise.
Le jeune homme ayant vite finit se mit à regarder dans le dos Gabriel. S'en vint quelques remarques moqueuses sur sa profession. Gabriel leva la tête et referma sa braguette, se retournant d'un geste brusque il planta son regard dans celui du jeune.


- Bon écoutes moi jeune homme. Le dur avec le bandeau dans les cheveux ca ne marche pas avec moi. Oui je suis un cureton comme tu dis mais non je ne fais pas la messes tout les matins. Je suis plutôt du genre à pratiquer l’extrême-onction car tu vois si je suis curé c'est pas par vocation mais pour tenter de sauver mon âme car il me faut bien ça pour nettoyer le sang que j'ai sur les mains, celui que j'ai fait couler pour de l'argent. Mais si tu continues je pourrais bien resalir mes mains pour le plaisir. dieu sait pardonner mais moi non! Alors dégages!
- Heu très bien! Désolé monsieur!!! fit l'hispanique qui quitta les lieux à reculon avant de se mettre à courir.

Ethan se dépêcha sur le quai quand un autre homme vint à lui.

- Mon Dieu tu me mets au défi? murmura t-il.
- Pardon? pas grave Alors Gabriel tu pars en mission ou en vacances?
- Les nouvelles vont vite Jim tout le monde semble vouloir me dire au revoir! Jim était un ami de Gabriel, ils s'étaient connus dans un bar, ami de picole devenu ami tout court.
- Heu pas vraiment je travailles dans la gare.
- A oui c'est vrai! L’oublies à chaque fois! Comme notre première rencontre... Sans cet appareil photo on en aurait aucun souvenir fit Ethan avec un sourire complice.
Cela avait du être un triste spectacle pour les gens de voir un homme d'église et un employer du service publique tout d'eux dans leur uniforme aussi imbibés que des éponges courant dans les rues et faisant n'importe quoi. Jim était un homme à la quarantaine, se conservant, un physique à son avantage en tant que célibataire, mais pas la gueule de playboy.

Les deux hommes se firent une poignée de main et père Ethan réussit enfin à monter dans son train, posant à ses pieds son sac; il regarda le paysage défiler devant lui. Il en aura pour plus d'une journée, avec deux changements pour arriver à sa destination.



la suite de ce rp disons peu constructif à SILENT HILL!!!!
avatar
Gabriel Ethan

Messages : 24
Date d'inscription : 09/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les routes du démon, San Diego

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum